Mieux vivre à Nantes, c’est accompagner toujours plus l’emploi

La situation économique de notre ville est tout à fait satisfaisante, avec un taux de chômage inférieur à 7 % à Nantes.

Pour autant, le développement économique métropolitain n’est pas pensé à une échelle pertinente : Nantes se vit comme une île alors qu’elle devrait former un archipel en solidarité avec les territoires environnants.

Les difficultés d’accessibilité sont dommageables à la compétitivité des entreprises, que ce soit le fait des infrastructures avec l’abandon de l’aéroport de Notre Dame des Landes, et la dégradation de l’accessibilité ferroviaire depuis Paris (versus Rennes et Bordeaux) ou celui des déplacements au quotidien qui pénalisent les salariés et les entreprises, Nantes étant la 1ère métropole en termes d’augmentation des embouteillages entre 2017 et 2018.

Plusieurs échecs retentissants ont émaillé le mandat qui s’achève :

Il existe deux enjeux pour l’économie à Nantes : l’emploi et l’écologie.

Notre méthode

  • S’appuyer sur le tissu économique nantais qui est motivé pour prendre toute sa place dans la cité : les acteurs économiques seront consultés sur les grands projets d’aménagement urbain du territoire
  • Appuyer les entreprises et leur permettre de prendre toute leur place dans le développement de notre territoire.
  • Poursuivre et renforcer la coopération entre les acteurs politiques et économiques, « rapprocher les mondes » qui sont parfois trop séparés. Une fois par an, élus de la CCI, élus en charge du développement économique de NM et des intercommunalités du département se retrouveront  en séminaire pour mieux rapprocher leur vision, leurs difficultés et leurs projets au bénéfice du territoire
  • Une équipe compétente : Laurence Garnier est issue de l’industrie, et est entourée d’acteurs de la vie économique nantaise.

Nous voulons faciliter le quotidien des Nantais, des salariés, des artisans et commerçants, des entrepreneurs grâce aux propositions suivantes :

  • plan Transport :
    • un espace de co-working dans les 24 communes de l’agglomération
    • télétravail (notamment pour les agents Nantes et NM)
    • soutien financier au covoiturage
    • horaires décalés
  • Fiscalité locale
    • Il n’y aura pas d’augmentation des impôts
    • Mettre en place une fiscalité incitative pour les entreprises développant une stratégie bas carbone en lien avec la CCI
    • Mise en place de baux commerciaux à courte durée cautionnés par la ville et une fiscalité réduite pendant 2 ans pour les jeunes entreprises innovantes, ou pour les commerces de proximité nouveaux
  • Sécurité

Garantir la sécurité dans les ZAC (exemple : Nantes Est) et les rues commerçantes par organisation de rondes de nuit et développement de caméras, y compris en domaine privé si souhaité.

  • Booster le commerce et l’artisanat
    • Le ticket TAN passe en validité de 1 à 2 heures
    • Révolution Vélo : les déplacements doux engendrent automatiquement le développement des achats de proximité
    • Partenariat développé entre la TAN et les commerces du Centre-ville
  • Création d’un marché/ show room des productions locales : Halle gourmande à Feydeau et création d’une mezzanine au 1er étage à Talensac pour déguster les produits du marché dans un esprit de convivialité
  • Création d’un tarif de stationnement « commerçants » et d’un abonnement « chantier » pour les artisans
  • Tournées spécifiques de ramassage des déchets des commerçants, une fois par semaine au lieu d’une fois tous les 15 jours

Nous souhaitons valoriser le tissu économique et numérique nantais :

  • Par la création d’une Cité des Sciences et de la Mer : nous voulons faire rayonner Nantes pour tous les secteurs qui font son dynamisme, telles que l’industrie du futur et l’ingénierie océanique et nautisme,  vitrine du génie et du savoir-faire nantais.
  • Par le numérique, en confirmant Nantes comme leader du numérique.

Deux enjeux sont majeurs :

    • le développement de la filière « Deep Tech » (les hautes technologies de rupture), dans les secteurs de l’intelligence artificielle, de la biologie, de la chimie et des sciences du matériau, particulièrement représentés sur notre territoire.
    • Nantes 1ère ville éco-numérique : les émissions de gaz à effet de serre engendrées par les technologies de l’information et de la communication (TIC) augmentent chaque année de 5 à 7%. Il faut dès à présent s’appuyer sur le bon positionnement de Nantes pour prendre de l’avance sur « l’enjeu d’après », en valorisant les entreprises qui s’engagent dans des démarches éco-numériques (développement de logiciels éco-conçus : moindre consommation d’énergie, etc…). Il sera également important de soutenir financièrement les entreprises de l’Économie Sociale et Solidaire pour encourager la réparabilité, le recyclage et la viabilité des outils numériques dans le temps (low tech). La Métropole et la Ville donneront l’exemple en évaluant chaque année leur bilan carbone et en valorisant les entreprises bas carbone.
  • Par les Infrastructures :
    • Construction du Port du Grand Ouest : étude complète sur les vocations possibles des sites nantais du Grand Port Maritime, en cherchant à lui conserver sa vocation maritime et logistique
    • Étude pour un nouveau franchissement de Loire
    • Aéroport
      • Connexion efficace de l’aéroport Nantes Atlantique au centre-ville (études en cours TER, tram ou navette)
      • Notre priorité : l’exigence d’une réhabilitation / extension de Nantes Atlantique dans des délais raisonnables et dans des conditions garantissant la sécurité des passagers et des riverains.
      • Nous n’excluons pas l’hypothèse d’un transfert de l’aéroport à moyen terme car il n’est pas raisonnable de penser que nous souhaitons durablement voir 15M de passagers transiter chaque année par le cœur de la métropole.

Le n°2 de la liste menée par la Maire sortante (Ronan Dantec) est le premier responsable de la situation que vont connaître les Nantais dès 2021. (La dérogation de trajectoire pour l’atterrissage par le Nord afin d’éviter le centre de Nantes s’arrêtera en 2021.)

Nous voulons des entreprises au service de l’emploi des habitants du territoire

Des poches de chômage et de pauvreté subsistent dans les Quartiers Prioritaires de la Ville. Afin de lutter contre cette précarité sociale, plusieurs axes sont à suivre :

  • Lancer un appel à propositions innovantes pour mettre en relation demandeurs et offreurs d’emploi nantais sur les métiers en tension
  • Créer une « bourse de stages » pour les élèves de 3ème
  • Avec les acteurs économiques, créer des centres de formation sur les métiers en difficulté de recrutement dans les QPV : Apprentissage & formations courtes.
  • Expérimenter les « entreprises à mission » (loi PACTE), de sorte à ce que les ETI / PME championnes de la RSE assument une mission de diffusion des bonnes pratiques RSE dans les PME/TPE (clients, fournisseurs, partenaires).
  • Lancer le Voyage à Nantes des entreprises, en lien avec la CCI et la Chambre des Métiers pour faire connaître nos industries, nos artisans et les entreprises qui recrutent aux Nantais qui le souhaitent
  • Création d’une école ALPHFA (Accueil Linguistique pour Hommes et Femmes Adultes) afin de permettre aux réfugiés qui ont leur carte de séjour d’apprendre le français et établir un partenariat avec les entreprises pour permettre des liens avec les enjeux d’insertion professionnelle de ces personnes.
  • Lancer une démarche « Bilan Carbone des Entreprises »
  • La Métropole et la Ville donneront l’exemple en évaluant chaque année leur bilan carbone et en valorisant les entreprises bas carbone.