Chaque année la population de la Loire-Atlantique s’accroît de manière considérable, avec 17000 nouveaux arrivants, dont 8000 à Nantes.

Chaque matin, des dizaines de milliers de personnes se déplacent pour venir travailler à Nantes ; depuis 2002, ce sont plus de 50000 nouveaux véhicules qui ont envahi les rues de la ville, 1ere métropole française en termes d’augmentation des embouteillages.

L’objectif premier de notre projet: désaturer le centre-ville de Nantes, réduire le nombre de passagers contraints de venir ou de passer par Nantes en voiture, ou en transports en commun.

Il est désormais urgent de proposer aux Nantais une vision à long terme des déplacements à Nantes, tout en respectant une logique environnementale. Nantes ne peut plus être une métropole qui aspire les habitants du département le matin pour les re-souffler le soir ; Nantes doit devenir une locomotive pour le département.

Nous proposons une approche nouvelle de la conception du réseau de transports nantais. Cela fait 10 ans que les maires de Nantes répètent qu’il faut sortir du réseau en étoile, avec ce nœud ferroviaire à Commerce, et 10 ans que ces mêmes politiques poursuivent dans cette voie-là.

(Par exemple la majorité sortante annonce une liaison St Herblain / Rezé via le bout de future ligne qu’elle propose (T7), c’est encore en passant par Nantes. Et sur une liaison La Chapelle-sur-Erdre / Rezé (T6), la ligne passe carrément par Commerce…)

Nous n’aborderons pas ces sujets de circulation sous l’angle unique de la gratuité ; c’est mentir aux Nantais que de leur proposer cette gratuité et des transports efficaces. Si l’on veut réaliser des travaux pérennes sur notre réseau de transport, il faudra les financer.

En revanche, étudier les enjeux de tarification pour répondre à la hausse continue du prix du ticket est nécessaire.

Notre plan s’articule en quatre points :

La limitation du flux de voitures

  • Développement du covoiturage: objectif de 1000 courses par jour d’ici 2025
  • Financement d’espaces de co-working dans toutes les communes de l’agglomération
  • Financement à l’extérieur de la métropole (Ancenis, Châteaubriand par exemple) de pôles multimodaux, où l’usager pourra choisir de laisser sa voiture et prendre le train, le bus ou le tram, afin de réduire le trafic routier vers Nantes

L’amélioration de la fluidité intra-muros

  • La révolution vélo, à consulter également sur notre site. Il n’est néanmoins pas question d’opposer les modes de transport, cyclistes et automobilistes peuvent cohabiter en paix en respectant le code de la route. Il s’agit aussi de permettre à ceux qui veulent prendre leur vélo à Nantes de pouvoir le faire.
  • Repenser l’implantation du CHU, qui attire 10000 déplacements par jour dont 80% sont hors métropole
  • Ville à 30 km/h sauf axes principaux : Bordeaux et Lille déploient avec succès ce dispositif qui, contrairement aux idées reçues, évite l’effet entonnoir des entrées et sorties en ville
  • Le numérique au service de la gestion de la circulation en ville: Installation de capteurs intelligents qui en fonction du trafic adaptent la durée des feux et donc la fluidité de la circulation

Une vision à long terme de la circulation et des déplacements

  • Abandon des projets de doublement du pont Anne de Bretagne, inutile et coûteux, et des bouts de ligne de tram 6 et 7 sur l’Ile de Nantes, encore plus inutiles, pour un gain de 100M€ à investir autrement
  • Restructuration du réseau: deux enjeux majeurs, passer d’un réseau en  « étoile » (tout passe par Commerce) à un réseau en « toile d’araignée » afin de bien préparer le territoire autour d’une métropole locomotive et non pas aspirateur, et anticiper la gestion des flux des deux grands pôles d’aménagement urbain que sont l’Ile de Nantes et Chantenay
  • Étude sur le franchissement de la Loire à l’ouest de l’Ile de Nantes
  • Transformer la ligne 10 intraboulevards en ligne Chronobus, abandonné par Nantes Métropole
  • Réaliser la connexion de la ligne 4 à la ligne 2 du tram
  • Repenser le réseau Chronobusen prolongeant certaines lignes (C1, C3 avec création d’un parking-relais jusqu’à Laënnec, C5)
  • Augmentation du nombre et de la capacité des parkings-relais à proximité des grandes lignes (Secteurs Carrefour La Beaujoire, Hopital Nord, Porte de Rezé, Gare de Chantenay/Cheviré
  • Réalisation de la connexion des lignes 1 et 2 et lancement de connexions des ligne 1 à ligne 3 et ligne 3 à ligne 2 sur la partie ouest de Nantes : cela créera un véritable réseau métropolitain qui soulagera le centre de Nantes et fera gagner un temps précieux aux usagers avec une meilleure desserte des quartiers (aux Dervallières notamment)
  • Lancement d’une étude pour une desserte de l’est de l’agglomération (Carquefou, Sainte-Luce, Thouaré…)
  • Lancement d’un projet de chemin de fer urbain, en reliant Chantenay au centre de Nantes. L’aménagement du Bas Chantenay rend possible cette projection, le potentiel existant. Ce projet devra être porté par la Région puisque la compétence relève de la SNCF.
  • Travail avec la SNCF pour un Réseau Express Métropolitain Nord/Sud -Est/Ouest : Commencer par une liaison ouest/est sur le tronçon Chantenay/Carquefou (20000 déplacements de Carquefou à Nantes par jour, dont 90% en voiture )
  • Initier des coopérations avec les acteurs de tout le territoire afin de réfléchir ensemble sur les déplacements : tous les véhicules ne viennent pas de Nantes !

Augmentation de la fréquentation des transports publics

La gratuité : non à la démagogie ! La mairie sortante a augmenté la tarification pendant 5 ans avant d’annoncer la gratuité à la veille des élections…

La gratuité est une mesure anti-écologique puisqu’elle détourne les piétons et les cyclistes vers les transports en communs. Cette mesure amènera à terme soit à ne plus investir massivement pour améliorer notre réseau de transports, soit à augmenter fortement les impôts.

Nous souhaitons un réseau performant, sans augmentation des impôts locaux ; nous ne mentirons donc pas aux Nantais en promettant une gratuité démagogique.

En revanche, nous nous engageons à :

  • Diminuer de 15% le coût de l’abonnement sur la durée du mandat, ce qui reviendra au coût de 2014
  • Établir la gratuité jusqu’à 11 ans
  • Rétablir le ticket tarif réduit
  • Porter à 100 le nombre d’agents de la police métropolitaine des transports (coût de 4,5M€)
  • Mettre en place le ticket unique: l’objectif est une carte unique pour tous les modes de transport (TER, bus, tram, Marguerite, Bicloo et covoiturage)
  • Passer le ticket simple de 1h de validité à 2h
  • Rendre les transports en communs gratuits les jours de pic de pollution

Mieux vivre à Nantes, c’est aussi mieux se déplacer, en ayant la possibilité de laisser sa voiture au parking